Les pupilles vont bientôt servir de pièces à conviction dans les enquêtes criminelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Les pupilles vont bientôt servir de pièces à conviction dans les enquêtes criminelles
©Capture écran

Révolution technologique

Les pupilles vont bientôt servir de pièces à conviction dans les enquêtes criminelles

C’est l’hypothèse avancée par deux scientifiques écossais.

Les enquêtes criminelles vont bientôt être simplifiées. En effet, à en croire,  les chercheurs Rob Jenkins Christie Kerr de l’University of Glasgow School of Psychology, le reflet des pupilles permettra bientôt aux enquêteurs de retrouver des agresseurs. Dans leur étude, relayée par le Daily Geek Show, ces deux scientifiques écossais tendent à démontrer que les pupilles immortalisées sur des photographies sont des mines d’informations.

Pour prouver ce qu’ils avancent, les deux chercheurs ont photographié huit personnes regardant elles-mêmes quatre autres individus situés derrière la caméra. Et le résultat est frappant. Selon le Daily Geek Show, « après avoir zoomé ces clichés haute-résolution, ils ont pu retrouver (dans les pupilles) chacun des quatre spectateurs identifiés ensuite par les huit cobayes photographiés, et ce même quand l’image était de faible qualité ».

Dès lors, cette méthode pourrait être utilisée par la police afin d’identifier des suspects potentiels. Notamment, « les clichés de type ‘portrait’ qui pourraient apporter des informations supplémentaires non négligeables pour mettre un visage sur le coupable au cours du processus d’investigation » indique le Daily Geek Show. Et le site d’ajouter que « les reflets présents dans les pupilles pourraient également fournir des données visuelles plus ou moins précises concernant les lieux où se sont déroulés les faits ».

lu sur le Daily Geek Show

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !