Les polices d'écritures difficiles à déchiffrer aideraient à booster votre mémoire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Les polices d'écritures difficiles à déchiffrer aideraient à booster votre mémoire
©Reuters

Sans Foretica

Les polices d'écritures difficiles à déchiffrer aideraient à booster votre mémoire

Les chercheurs d'une université australienne ont peut-être découvert un ingénieux moyen d'aider les étudiants à retenir leurs cours.

Clairement, cette police d'écriture ne fera pas l'unanimité chez les graphistes et les artistes. Mais ce n'était pas le cœur de cible des chercheurs de l'Institut royal de technologie de Melbourne. Des chercheurs de l'université australienne ont mis au point une police d'écriture nommée "Sans Foretica". Et, clairement, elle est difficile à déchiffrer et nous ne vous la recommandons pas pour taper vos mails professionnels (ou alors vous êtes très audacieux).

Cette police repose sur un principe simple que l'on pourrait appeler la "difficulté désirable". L'économiste Jo Peryman explique ce principe au site web Quartz : "C'est quand une difficulté est ajoutée au processus d'apprentissage ayant pour but de renforcer la concentration, ce qui résulte à une meilleure mémorisation (de ce que l'on apprend)".

Le site web explique que les chercheurs ont testé la typographie auprès de 400 étudiants et, surprise, 57% d'entre-eux ont mémorisé le texte écrit en Sans Foretica contre 50% le même texte écrit en Arial.

Cette police, en impliquant plus les étudiants dans le processus d'apprentissage pourrait alors bien avoir une utilité, à condition que vous éprouviez le désir de vous en servir. Nous déconseillons tout de même de vous lancer dans cette aventure à quelques semaines de vos examens.

Lu sur Quartz

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !