Les ossements d’un homme écrasé par une pierre lors de la fuite de Pompéi découverts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Les ossements d’un homme écrasé par une pierre lors de la fuite de Pompéi découverts
©MARIO LAPORTA / AFP

La colère du Vésuve

Les ossements d’un homme écrasé par une pierre lors de la fuite de Pompéi découverts

Un homme avait réussi à s’éloigner de la furie du Vésuve en 79. Il a malheureusement été terrassé par la chute d’un bloc de pierre propulsé par un nuage volcanique explosif.

Les archéologues qui travaillaient sur le site de l’ancienne ville romaine de Pompéi en Italie ont découvert les restes humains d’un homme, près de 2 000 ans après sa mort. Cette découverte a été faite lors de nouvelles fouilles sur le site. 

Les images impressionnantes de cette découverte dévoilent un squelette coincé sous la pierre. La violence de l’impact a provoqué un écrasement du haut du corps de l’homme en question. Sa tête pourrait toujours être enterrée sous le bloc de pierre. 
Selon des éléments dévoilés par les archéologues, des lésions sur son tibia sont les signes d’une infection de l’os, ayant entravé sa tentative de fuite. L’homme, qui devait être âgé d’une trentaine d’années, avait réussi à survivre à la première phase de l’éruption du Vésuve. Il était parvenu à fuir le long d’une allée, en rampant probablement (à cause de son infection). 
Dans sa fuite, le malheureux a été écrasé par ce bloc de pierre imposant, sans doute un montant de porte. Ce débris imposant a pu être projeté avec le mélange de gaz et de fragments de lave.  
Cette découverte démontre les progrès importants dans le domaine de l’archéologie et sur le plan scientifique et technique pour les fouilles réalisées à Pompéi.

Lu sur CNN

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !