Les nattes et autres dreadlocks de nouveau autorisées au sein de l'armée américaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les femmes de l'armée américaine vont pouvoir à nouveau se coiffer comme elles le veulent
Les femmes de l'armée américaine vont pouvoir à nouveau se coiffer comme elles le veulent
©REUTERS/Alexander Demianchuk

Rastafaride

Les nattes et autres dreadlocks de nouveau autorisées au sein de l'armée américaine

En effet, Chuck Hagel, secrétaire d'Etat à la Défense, a indiqué mardi avoir mis fin aux normes qui interdisaient aux femmes de se coiffer comme elles voulaient.

La polémique avait été vive. Elle a pris fin. Au printemps dernier, l'armée américaine avait édicté de nouvelles normes qui interdisaient certaines coiffures aux femmes. Ainsi, les nattes et autres dreadlocks étaient prohibées avec le port de l'uniforme. Une mesure qui a été vivement contestée au sein de l'US Army et pas seulement. En effet, elle était jugé quelque peu raciste car elle semblait viser plus particulièrement la communauté afro-américaine. Mais, selon des informations du Time, ces normes ont pris fin ce mercredi.  Désormais les quelque 200 000 femmes de l'armée américaine pourront se coiffer comme bon leur semble. 

"Chacun de nos services a revu sa politique concernant les coiffures et s'est assuré que les normes étaient équitables et respectueuses tout en répondant aux exigences militaires", a affirmé mardi Chuck Hagel, secrétaire d'Etat à la Défense, dans une lettre aux parlementaires. Et de poursuivre en assurant que les trois corps de l'armée - armée de terre, marine et armée de l'air - ont supprimé de leurs règlements les normes en question. 

Dans une déclaration, Marcia Fudge, membre du Parti démocrate, a remercié le Secrétaire Hagel. "Ces changements reconnaissent que les coiffures traditionnels portées par les femmes de couleur sont souvent nécessaires et que ces coiffures ne conduisent pas à faire de ces femmes des soldats moins professionnelles ou à l'engagement moindre pour servir dans nos forces armées". Tout est bien qui finit bien. 

lu sur The Time

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !