Les morpions en voie d'extinction, la faute de l'épilation ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Epilez-vous, ça fait fuir les morpions !
Epilez-vous, ça fait fuir les morpions !
©Flickr

Adios

Les morpions en voie d'extinction, la faute de l'épilation !

Les poux pubiens disparaissent peu à peu face à la généralisation de l'épilation. Ces parasites suceurs de sang qui se transmettent généralement par contact sexuel sont en effet sur le déclin. Pas de poil, pas de morpions.

Dites adieu aux morpions ! Ces petites bêtes sont menacés d'extinction. Non pas grâce aux avancées de la médecine ou une meilleure hygiène générale, non... ces poux qui se logent dans les poils et qui se transmettent en général lors de rapports sexuels sont en train de disparaître face à la généralisation de l'épilation et donc la destruction de leur habitat naturel.

 

Ces conclusions font suite à une enquête de Bloomberg, qui établit ce parallèle entre l'augmentation d'une part des épilations pubiennes et la raréfaction de la maladie. En 2011, 80% des étudiants américains confiaient épiler une partie ou l'intégralité de leurs poils pubiens. En 2012, le marché de l'épilation s'élevait ainsi à près de 4,7 milliards de dollars soit 3,5 milliards d'euros selon Eurominotor International Ltd., soit deux fois plus que les chiffres avancés une année auparavant par The Independent.


"Les cas de morpions étaient très fréquents, maintenant c’est très rare" a déclaré au DailyMail Basil Donovan qui travaille au Centre de médecine sexuelle de Sydney, en Australie. Selon une étude de l’Université de Californie, les morpions concernent environ 10% de la population.

Mais si les cas de morpions, MST qui serait selon les études la maladie vénérienne la plus répandue, se font plus rares, certains médecins mettent en garde contre l'épilation pubienne, source d'autres infections : "Si les poils pubiens sont là, c'est pour une bonne raison, expliquait Emily Gibson, directrice du centre de recherche sur la santé à la Western University dans l'état de Washington. Ils protègent contre le frottement qui peut causer écorchures et blessures, ils sont un rempart naturel contre les bactéries."





En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !