Les fourmis peuvent détecter les tremblements de terre avant qu'ils ne frappent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La Formica polyctena apprécierait vivre dans des régions tectoniquement actives
La Formica polyctena apprécierait vivre dans des régions tectoniquement actives
©Reuters

6e sens

Les fourmis peuvent détecter les tremblements de terre avant qu'ils ne frappent

Avant la secousse, les insectes changeraient de comportement en passant notamment la nuit dehors.

Selon une nouvelle étude menée par les chercheurs de l'université allemande de Duisburg-Essen, une espèce de fourmis, la Formica polyctena, pourrait nous permettre d'anticiper les tremblements de terre, et par conséquent, éviter de terribles désastres tant humains que matériels.

En effet, la Formica polyctena aurait des préférences particulières quant à son lieu de vie. Elle apprécierait vivre dans des régions tectoniquement actives, où la surface du sol est marquée par des failles et des ruptures.

De plus, Gabriele Berberich, une des scientifiques en charge de l'étude, explique que le comportement des fourmis observées a changé de manière significative juste avant qu'un tremblement de terre supérieur à une magnitude 2.0 frappe la région allemande. Les fourmis rousses, comme les humains, sont actives pendant la journée et se reposent la nuit. Mais avant un séisme, elles restent éveillées durant toute la nuit, en dehors du nid.

"Leur comportement n'est revenu à la normale seulement un jour après le tremblement de terre", précise Berberich"Avec des séismes de magnitude inférieure à deux, nous n'avons pas pu détecter de comportements anormaux significatifs", regrette la scientifique.

Berberich émet l’hypothèse que les insectes sont capables de prédire les tremblements de terre en analysant l'évolution des émissions de gaz ou les changements dans le champ magnétique terrestre.

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !