Les femmes seraient plus enclines à tromper leur compagnon si elles sont porteuses d'un "gène d'infidélité" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
L'infidélité enfin expliquée
L'infidélité enfin expliquée
©DR

La science répond à tout

Les femmes seraient plus enclines à tromper leur compagnon si elles sont porteuses d'un "gène d'infidélité"

Des chercheurs australiens ont découvert qu'une variante de ce gène avait un rapport avec l'infidélité.

Et si c'était mon gène ? Voici une nouvelle excuse que certaines femmes pourront apporter à leur mari trompé depuis l'étude de l'université du Queensland, en Australie. Les scientifiques ont étudié 7 378 personnes et ont remarqué la même variation du gène AVPR1A, chez une grande part des femmes infidèles étudiées. Cette partie de l'ADN aurait des conséquences sur le comportement social et la motivation sexuelle des femmes, même si elle n'entraîne pas mécaniquement l'infidélité.

"Ces résultats confirment les fondements génétiques de l'infidélité chez l'humain" tranche le docteur Brendan Zietsch qui a dirigé l'étude.

Etrangement, ce gène n'a pas de conséquence chez l'homme. Il faudra donc trouver une autre raison pour expliquer les hommes volages mais les études précédentes ont montré que c'est probablement un autre gène qui provoque l'infidélité masculine. Une enquête de l'Ifop en janvier 2014 avait montré que 55% des hommes avaient déjà été infidèles contre 32% des femmes.

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !