Les cendres de Carrie Fisher reposent dans une pilule de Prozac géante | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Les cendres de Carrie Fisher reposent dans une pilule de Prozac géante
©Capture d'écran

Rest in pills

Les cendres de Carrie Fisher reposent dans une pilule de Prozac géante

L'actrice, pleine d'humour, était bipolaire et tenait beaucoup à cette pilule en porcelaine.

Carrie Fisher a été inhumée vendredi, au cimetière Forest Lawn d'Hollywood Hills. Elle est décédée le 27 décembre, un jour seulement avant sa mère Debbie Reynolds ; les deux femmes ont donc été inhumée au même moment, dans un caveau commun, lors d'obsèques intimes, avec seulement quelques membres de la famille et des proches.

Lors de la cérémonie, Todd Fisher (fils de Debbie Reynolds et donc frère de Carrie) a été vu avec une urne insolite, blanche et verte, avec l'inscription "Prozac".

 

Il a donné la raison de cette particulière dernière demeure au site Entertainment Tonight. "L'objet préféré de Carrie était un Prozac géant qu'elle avait acheté il y a plusieurs années. Une grosse pilule. Elle l'aimait, et il se trouvait dans sa maison, et Billie et moi avons eu la sensation que c'est là qu'elle aurait voulu être. Nous n'avions rien trouvé d'approprié. Carrie aurait aimé ça. C'était son truc fétiche", a-t-il déclaré.

Carrie Fisher, qui était effectivement peu avare en facéties, était bipolaire et ne l'a jamais caché. "Je suis mentalement malade. Je n'ai pas honte de le dire. Je vis avec ça et je continuerai", expliquait-elle. Elle avait été diagnostiquée avec cette maladie lorsqu'elle avait une vingtaine d'années. En 2001, elle avait confié à une journaliste que les anti-dépresseurs étaient, dans son état, les meilleurs médicaments.

 

Lu sur LCI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !