Les Australiens encouragés à manger du kangourou afin de stopper leur prolifération | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Les Australiens encouragés à manger du kangourou afin de stopper leur prolifération
©Flickr / fabvirge

Barbecue océanien

Les Australiens encouragés à manger du kangourou afin de stopper leur prolifération

L’emblématique animal est en surpopulation et menace l'écosystème de l'île.

Pour nous, ce sont des sympathiques et exotiques bestioles bondissantes. Mais dans leur pays natal, on aurait plutôt tendance à vouloir en faire des barbecues. Depuis quelques années, l'Australie souffre d'une surabondance de kangourous. De 27 millions en 2010, la population du marsupial est désormais passée à 45 millions. Aujourd'hui, le pays d'Océanie compte ainsi deux fois plus de kangourous que d'habitants.

Chacun jugera en son âme et conscience laquelle est véritablement l'espèce la plus nuisible. Mais en tous cas, cette explosion démographique se trouve être la conséquence d'une décennie de conditions particulièrement humides, qui ont permis à la végétation de s'épanouir et aux végétariens kangourous de se nourrir abondamment.

Ce "bond" n'est pas sans poser de véritables problèmes écologiques. "Si nous n'abattons pas les kangourous ou ne réduisons pas leur nombre d'une manière ou d'une autre, nous perdrons beaucoup en biodiversité", a confié le professeur David Paton à ABC News. Il poursuit : "Si nous devons supprimer ces animaux, nous le ferons humainement. Mais nous devrions aussi penser à ce que nous allons faire avec les cadavres. Nous ferions mieux de ne pas les laisser pourrir dans des réserves". Une invitation à manger du kangourou ? Pas forcément évident pour les" Aussies". ABC News rappelle que la majorité des morceaux de viande de kangourous sont voués à l'export.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !