Les 61 copies du bac volées ont été retrouvées…dans un bar | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les 61 copies du bac volées ont été retrouvées…dans un bar
©Reuters

Un peu tard

Les 61 copies du bac volées ont été retrouvées…dans un bar

Ces copies de l'épreuve ES de mathématiques, dont le ministère de l'Education avait annoncé la semaine dernière le vol, ont été retrouvées mercredi après-midi dans un bar parisien.

Elles ont bien été retrouvées, mais avec un peu de retard. En fin de semaine dernière, on apprenait que 61 copies de l'épreuve de mathématiques du bac ES avaient été perdues, contraignant les malheureux élèves à repasser l’épreuve mercredi. Quelques heures après le deuxième examen, les copies initiales ont été retrouvées…dans un bar parisien.  

Pour comprendre, il faut remonter à vendredi dernier, quand une serveuse du bar Les Initiés, dans le 18ème arrondissement de Paris, retrouve un sac à dos. Un simple sac oublié par un homme, plutôt jeune, venu prendre un café entre midi et 14 heures. Le sac se retrouve donc rangé avec les objets trouvés, en attendant que son propriétaire se manifeste.

Cinq jours se passent alors. Personne n’ayant réclamé le sac, Morgane, une employée, décide de l'ouvrir. "J'ai regardé dedans pour voir à qui il appartenait", a-t-elle confié à Europe 1. "J'ai trouvé un portefeuille. J'ai fouillé un peu plus parce que le sac était assez lourd et j'ai retrouvé un paquet avec 61 copies dans une pochette kraft avec marqué 'copies Baccalauréat 2017'. Là, je me suis dit 'Oula, on a quelque chose'. J'ai pensé aux pauvres élèves qui ont dû repasser l'épreuve".

L’affaire ne s’arrêtera sans doute pas là. Car d'après l'employée, le visage de l'homme venu prendre un café n'est pas celui de la photo de la carte d'identité. Le sac aurait donc pu être volé, puis abandonné volontairement. Entre temps, il a été déposé au commissariat du 18ème arrondissement de la capitale.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !