Le vrai Bart Simpson est jugé par un magistrat dénommé M. Burns | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Bart Simpson et Monthy Burns, dans la vraie vie, sont entrepreneur et juge
Bart Simpson et Monthy Burns, dans la vraie vie, sont entrepreneur et juge
©Capture

La réalité dépasse la fiction

Le vrai Bart Simpson est jugé par un magistrat dénommé M. Burns

Le vrai Simpson a été condamné à 140 heures de travaux d'intérêt général et de 800 livres sterling.

"Oh Pinaise !" Vous ne rêvez pas : Bart Simpson et Monsieur Burns se sont bien rencontrés ! Les fans des "Simpsons" auront reconnu le nom de deux des personnages les plus populaires de la série américaine. Sauf que cette fois-ci, ça se passe dans la réalité. Le vrai Bart Simpson – de son vrai nom Barton Simpson, un directeur d'entreprise de 56 ans – a été jugé par monsieur Recorder Burns lundi 18 mars à la Cour de justice de Warwick (Angleterre).

Le Simpson britannique n'a pas la peau jaune et a surtout de plus gros problèmes que son homonyme dans la série : il vient d'échapper à la prison ferme après avoir avoué avoir caché un pistolet 38 millimètres Smith & Wesson dans sa valise avant de prendre l'avion à Birmingham. Au final, le monsieur Burns de Warwick est, lui, beaucoup moins méchant que son alias télévisuel  : il a condamné l'entrepreneur à 140 heures de travaux d'intérêt général et à 800 livres sterling d'amende. Barton Simpson aurait tout simplement oublié qu'il transportait ce pistolet avec lui, et l'aurait placé dans ce sac car il faisait faire des travaux dans son appartement. Surtout il aurait oublié de le laisser dans sa voiture comme il l'avait prévu, car il venait d'apprendre la mort d'un ami et de son fils, un soldat. Ce qui explique la clémence du juge...

 

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !