Le vin le plus cher au monde coûte 14 254 euros la bouteille et c'est un Bourgogne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Le vin le plus cher au monde coûte 14 254 euros la bouteille et c'est un Bourgogne
©Reuters

Qui l'eût "cru" ?

Le vin le plus cher au monde coûte 14 254 euros la bouteille et c'est un Bourgogne

Wine-Searcher, site en ligne spécialisé basé à Londres, a réalisé le classement des 50 vins vendus le plus cher au monde. Les célèbres Bordeaux ne viennent pas en tête du classement.

Bacchus n'en reviendrait pas lui-même ! Le vin le plus cher du monde est un Bourgogne : le Richebourg grand cru en Côtes-de-Nuits. Selon le classement de Wine-Searcher, son prix s'élève à la modique somme de 14 254 euros la bouteille. Les célèbres Romanée-Conti ne sont pas si loin pour autant. En effet, sur la deuxième marche du podium, un Romanée-Conti grand cru est à 12 169 euros la bouteille.

La surprise vient des Bordeaux sont relégués au-delà de la dixième place. On trouve un Petrus à la 18e place à 2 469 euros et un autre Pomerol à la 23e à 2 156 euros. Un seul Côtes-du-Rhône au 10e rang à 3 469 euros la bouteille. Des vins allemands de Moselle apparaissent en bonne place, dont le 4e et le 7e rang respectivement à plus de 6 000 et 4 000 euros la bouteille. Enfin, un seul non européen, un Cabernet-Sauvignon californien à 2 636 euros, se place en 14e position.

A LIRE AUSSI : Foire aux vins : les 4 clés pour repérer les vraies bonnes affaires 

Wine Searcher, fondé à Londres en 1999, a réalisé ce classement des "50 vins les plus chers au monde", publié début août, à partir des listes de prix de 54 876 cavistes, négociants et producteurs dans le monde, répertoriant 7 283 489 bouteilles de vin, tous millésimes confondus, et avec un prix moyen par bouteille. Les Bourgognes se placent aux trois premières places, avec quatre autres vins dans les dix premiers et au total pas moins de 40 vins sur 50 !

 

Lu sur Le Télégramme

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !