Le Petit Journal : une simple photo postée sur Facebook provoque des milliers de désabonnements | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Captiure d'écran de la photo publiée sur la page Facebook du Petit journal
Captiure d'écran de la photo publiée sur la page Facebook du Petit journal
©Capture d'écran Facebook

Un seul être vous manque...

Le Petit Journal : une simple photo postée sur Facebook provoque des milliers de désabonnements

Le remplacement de Yann Barthès par Cyrille Eldin s'annonce décidément très compliqué.

S'il s'attendait sans doute à rencontrer de la réticence en remplaçant Yann Barthès à la tête du Petit journal, Cyrille Eldin ne pensait sans doute pas à une telle entrée en matière…alors que l'émission n'a même pas débuté. Jeudi, à 12h10, deux photos du nouvel animateur (qui effectuera sa grande première le 5 septembre prochain) ont été publiées sur la page Facebook de l'émission.

Comme le précise Ozap, le comédien et chroniqueur de Canal + a récupéré la case et le nom de l'ancienne émission de Yann Barthès (parti sur TMC et TF1) mais également l'énorme communauté de fans du Petit journal présentes sur le réseaux sociaux. Et ces dernières n'ont pas apprécié qu'on leur rappelle que leur idole avait mis les voiles. La chute est vertigineuse : au-delà des 1300 manifestations de colère et 1100 de tristesse, que reçoit la photo deux heures après la publication, la vague de désabonnement à la page Facebook semble suivre celle des abonnées à Canal.

"A raison de 3 fans perdus par seconde, la page pourrait avoir perdu plus de 100 000 abonnés à la fin de la journée !" comptabilise Ozap. Cyrille Eldin et Vincent Bolloré ont du souci à se faire : la nouvelle formule du Petit journal va devoir faire ses preuves très rapidement.

Lu sur Ozap

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !