Le pape François critiqué pour des propos sur la fessée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Le pape François critiqué pour des propos sur la fessée
©morethanjustmontessori.blogspot.fr

Tendre l'autre fesse

Le pape François critiqué pour des propos sur la fessée

Le souverain pontife a expliqué mercredi qu'un père peut "corriger" son enfant et qu'une fessée peut être "juste".

Lors d'une audience générale consacrée au rôle du père dans la famille, mercredi au Vatican, le pape François a déclaré que "un bon père sait attendre et pardonner, mais aussi corriger avec fermeté. Il n'est ni faible, ni laxiste, ni sentimental",

Il a ensuite raconté une anecdote qui n'était pas dans son texte : "Une fois dans une réunion, j'ai entendu un père déclarer : 'je dois parfois frapper un peu mes enfants. Mais jamais sur le visage pour ne pas les humilier'. Cela, c'est beau, il a le sens de la dignité. Il doit punir, et le fait de manière juste."

Ces propos ont été très critiqués en Allemagne et au Royaume-Uni. La ministre allemande de la Famille, Manuela Schwesig, a ainsi répliqué dans une interview au quotidien Die Welt, hier, en disant qu'il "n'existe aucun coup contre les enfants qui soit digne. Il faut être clair. Toute violence contre des enfants est totalement inacceptable."

"Ce pape est particulièrement humain mais tout homme peut se tromper. En affirmant qu'il est normal de frapper (un enfant) si cela se fait dans la dignité, il se fourvoie totalement", a estimée de son côté l'association Aide allemande à l'enfance.

Le britannique Peter Saunders, fondateur d'une association anti-pédophilie et membre de la nouvelle commission vaticane de protection de l'enfance, a pour sa part déclaré au Daily Telegraph que cette sortie était "très malvenue".

Lu sur France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !