Le maillot des Bleus coûte 3 euros à produire en Thaïlande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Le maillot des Bleus coûte 3 euros à produire en Thaïlande
©Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

Ca fait cher l'étoile

Le maillot des Bleus coûte 3 euros à produire en Thaïlande

Et il est vendu 140 euros en France.

Le nouveau maillot de l’équipe de France de foot, floqué de ses deux étoiles de champion du monde, ne sera pas commercialisé avant août, a indiqué Nike. Et ça devrait être un succès commercial énorme : à titre de comparaison, entre l’été et fin 2014, l’Allemagne championne du monde a écoulé 1 million de maillots, soit un tiers des ventes de l’année, rappelle Peter Rohlmann, directeur de l'agence PR Marketing et expert en économie du sport, dans Capital.

S'il faut patienter avant de recevoir les maillots, c'est en grande partie dû... à leur transport en bateau depuis la Thaïlande. Ce dimanche, le JDD détaille la façon dont il est produit. Et ça risque de ne pas plaire aux supporteurs qui l'ont payé la bagatelle de 140 euros (et même ceux qui ont choisi le modèle à 80€). Le journal dominical explique que deux ­sociétés thaïlandaises, Nanyang Garment et Nice ­Apparel, se partagent la fabrication des maillots de football.

Pour réduire les coûts, elles ont transféré leurs usines principales dans le nord-est du pays où les salaires (180 euros par mois) sont inférieurs à ceux de la capitale (autour de 250 euros). Le journal explique que le coût unitaire de chaque maillot est de "moins de 3 euros, taxes douanières incluses".

Selon l'ONG Clean Clothes, les méthodes de production sont optimisées en permanence : "Réduction des minutes passées par ouvrier sur chaque maillot, automatisation et flux ultra-tendus".

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !