Le Japon craint une pénurie prochaine de… papier toilette | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Japon demande à ses habitants de faire des réserves de papier toilette
Le Japon demande à ses habitants de faire des réserves de papier toilette
©Flickr/Groume

Insolite et pourtant

Le Japon craint une pénurie prochaine de… papier toilette

En effet, le gouvernement a lancé un très sérieux appel aux habitants en leur demandant de "faire des réserves".

C'est une information qui peut faire sourire. Elle est pourtant très sérieuse. Comme le relaie Libération, le gouvernement japonais a lancé le message suivant à sa population : "Faites des réserves de papier toilette". Une injonction qui entre dans le cadre d'une campagne de sensibilisation des citoyens aux catastrophes naturelles, toujours probables dans l'archipel.

"Soyez prêts", ajoute le ministère de l'Industrie dans une exposition organisée à Tokyo à quelques jours de la journée nationale des désastres, qui se tient chaque année le 1er septembre en mémoire du Grand tremblement de terre du Kanto (plus de 100 000 morts en 1923).

Comme le souligne Libération, l'avertissement se veut même insistant : "Profitez de cette occasion, s'il-vous-plaît, commencez à vous constituer des réserves des rouleaux à la maison". Il est même demandé aux habitants de stocker une quantité suffisante de papier toilette pour tenir minimum un mois, le temps nécessaire pour un retour à la normale du marché en cas de désastre majeur.

Il faut savoir qu'au Japon la capacité de production de papier toilette est particulièrement vulnérable car elle se concentre essentiellement près de Shizuoka, une région fortement exposée aux risques de tremblement de terre et de séisme.

lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !