Le dictateur tchétchène Ramzan Kadyrov "héros" d'un film au cinéma | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Le dictateur tchétchène Ramzan Kadyrov "héros" d'un film au cinéma
©Reuters

Au cinéma

Le dictateur tchétchène Ramzan Kadyrov "héros" d'un film au cinéma

Un documentaire de 26 minutes financé par l'organisation Open Russia de Mikhaïl Khodorkovski et dénonçant de multiples exactions de la part du dictateur sortira au même moment.

En 2007, Vladimir Poutine plaçait Ramzan Kadyrov à la tête de la Tchétchénie qui doit après deux guerres russo-tchétchènes (1994-1996 et 1999-2000) se relever et se reconstruire. Depuis, le dictateur exerce un pouvoir froid et intransigeant sur la petite république musulmane, attisant le mépris de certaines ONG qui le soupçonnent de multiples exactions, enlèvements et meurtres. En outre, Ramzan Kadyrov est loin d'être un agneau. Pourtant, le dictateur a annoncé récemment sur son compte Instagram, avoir obtenu le premier rôle dans "un film frontal" intitulé Ceux qui ne comprennent pas vont comprendre orchestré par "un metteur en scène connu pour ses films à Hollywood". Ramzan Kadyrov jouera donc "le rôle du héros".

Un évènement étrange contré par la sortie à la même période, d'un film à charge contre le dirigeant tchétchène. Financé par l'organisation Open Russia de Mikhaïl Khodorkovski, l'ancien magnat du pétrole emprisonné pendant 10 ans en Sibérie, le documentaire de 26 minutes La Famille décrit Ramzan Kadyrov comme un tyran. "C'est une personne qui a transformé la Tchétchénie en son domaine féodal", déclare Mikhaïl Khodorkovski en introduction, recensant les violations des droits de l'homme, les détournements de fonds, les intimidations, les enlèvements et les assassinats dont sont accusés le dictateur et ses fidèles.  L'occasion pour le public de découvrir par exemple qu'un tchétchène "doit verser chaque mois de l'argent à la fondation Akhmat Kadyrov (du nom de son père). Les fonctionnaires doivent donner 10 % de leur salaire et ceux qui travaillent dans le privé jusqu'à un tiers. Les patrons donnent la moitié de leurs revenus".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !