Le créateur de mode Emanuel Ungaro est mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le créateur de mode Emanuel Ungaro est mort
©PIERRE GUILLAUD / AFP

Disparition

Le créateur de mode Emanuel Ungaro est mort

Il était l'un des grands noms de la couture parisienne dans les années 1980.

Le créateur de mode français d'origine italienne Emanuel Ungaro, fondateur de la maison de haute couture qui porte son nom, est mort ce dimanche 22 décembre à Paris, à lâge de 86 ans, a annoncé sa famille à l'AFP. 

Le couturier, qui avait quitté le monde de la mode depuis 2004, était "affaibli" depuis deux ans.

Issu d'une famille d'immigrés italiens très modeste, originaires des Pouilles, Emanuel Ungaro est né le 13 février 1933 à Aix-en-Provence. Installé à Paris en 1956, il est formé par Balenciaga chez lequel il passe six années. Il crée sa griffe en 1965 et présente sa première collection durant la tendance de la mode futuriste, avec peu de moyens.  En 1968, parallèlement à la haute couture, Emanuel Ungaro se lance dans le prêt-à-porter, avec une ligne pour femme, suivie quelques années plus tard d'une ligne masculine. Dans les années 1980, il fait partie des cinq grands noms de la haute couture parisienne, dans cette période de renouveau de la mode française. Sa maison a été rachetée en 1996 par la famille Ferragamo.

Chez Ungaro, "la sensualité est partout", écrivit son amie l'écrivain Christine Orban dans une courte biographie qu'elle lui a consacrée. "Un simple pull, par la douceur de sa matière, appelle une caresse; une robe est taillée pour bouger, accompagner le corps dans ses déplacements, montrer et dissimuler: parce qu'il aime les femmes, Emanuel connaît les limites de la tolérance masculine, il créera un vêtement trop beau pour être arraché, mais assez malin pour suggérer de l'ôter avec tendresse".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !