Le coup de gueule de PPDA après le limogeage de Claire Chazal, "humiliée gratuitement" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Le coup de gueule de PPDA après le limogeage de Claire Chazal, "humiliée gratuitement"
©Reuters

Compagnon de galère

Le coup de gueule de PPDA après le limogeage de Claire Chazal, "humiliée gratuitement"

L'ancien présentateur ne mâche pas ses mots contre l'actuel patron de TF1, qui l'avait lui même évincé de l'antenne 7 ans plus tôt.

Après le départ forcé de Patrick Poivre d'Arvor, puis de sa marionnette, c'est au tour un autre monstre sacré du JT d'être débarqué. Claire Chazal a fait ses adieux après deux décennies de présentation. Une décision rapide de la direction qui a révolté son ancien collègue. Dans une lettre ouverte, publiée par Paris Match, PPDA n'y va pas avec le dos de la cuillère pour se plaindre de la façon expéditive dont a été victime la journaliste. "A quoi ça sert ? A éviter que les collaborateurs ne partent avec leurs secrets de fabrication ou aillent épancher leurs états d’âme dans la presse ?" peste  Patrick Poivre d'Arvor. "On voit bien que ces arguments ne résistent pas à l’analyse. Non, il s’agit avant tout d’humilier gratuitement… Et de faire vite, de peur de regretter sa mauvaise action !"

S'il souhaite "bonne chance" à sa remplaçante Anne-Claire Coudray, ilconteste "la méthode" dont a fait preuve le patron de TF1, le même qui l'avait évincé, il y a 7 ans. "Voilà qu’aujourd’hui, à quelques mois de sa propre retraite de président, son dernier acte d’autorité est de virer Claire Chazal, sans ménagement et sans un mot de remerciement. Avant de noyer l’intéressé(e), deux jours plus tard, sous une pluie d’hommages hypocrites." Et de rassurer sa confrère. "Il y a une vie après le journal télévisé, après le petit écran. Il y a de quoi piocher largement, chère Claire. Viens nous retrouver au pays des saltimbanques, là où l’on se sent encore libres."

Lu sur Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !