Le corbeau et la bande de renards : cette nouvelle étude qui approfondie nos connaissances de l'animal | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le corbeau et la bande de renards : cette nouvelle étude qui approfondie nos connaissances de l'animal
©David Ryder / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Nature

Le corbeau et la bande de renards : cette nouvelle étude qui approfondie nos connaissances de l'animal

Les observations de chercheurs européens permettent de l'affirmer : les corbeaux se rappellent de ceux qui les ont trompé par le passé.

Les recherches conjointes du biologiste autrichien J.J.A. Müller de l’Université de Vienne et de ses collègues européens nous apprennent quelque chose d'étonnant sur les corbeaux. Ces derniers sont capables de se rappeler de la nature d'une interaction jusqu'à un mois et donc décider d'éviter les acteurs qui agissaient de manière injuste à leur égard.

Pour arriver à ce constat, les chercheurs ont conduit une étude dont le procédé est simple. Connus pour leur amour du fromage, les volatiles ont appris à échanger des morceaux de pain contre le précieux sésame. En face d'eux, deux partenaires : un injuste qui conservait le fromage et l'autre qui procédait à l'échange dans les règles.

Fort de leurs mauvaises expériences, les corbeaux ont évité jusqu'à un mois les interactions avec les partenaires jugés "non fiables".  Les piafs sont donc capables d'une part d'identifier les acteurs "injustes" mais conservent dans leur mémoire ces informations jusqu'à un mois.

Cette étude, qui vient compléter celle conduite en 2011 qui montrait qu'ils se souvenaient des visages humains même après plusieurs années permet maintenant de mieux comprendre la complexité des relations sociales avec leurs congénères.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !