Le chat reconnaît son maître... mais décide de lui obéir (ou pas) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le chat reconnaît son maître... mais décide de lui obéir (ou pas)
©

Miaou

Le chat reconnaît son maître... mais décide de lui obéir (ou pas)

Deux chercheurs japonais ont découvert que les félins savaient parfaitement distinguer la voix de leurs maîtres par rapport à celles d'inconnus. Ce qui ne les force pas à accéder à leurs désirs... bien au contraire.

A la fin, c'est toujours lui qui décide. Et plus encore que vous ne le pensiez jusqu'à présent : une étude publiée dans le Animal Cognition Journal note ainsi que les chats savent reconnaître la voix de leurs maîtres par rapport à des inconnus - mais ne leur obéissent pas forcément.

Les docteurs Atsuko Saito et Kazutaka Shinozuka ont, pour finir sur ce constat, décortiqué le comportement d'une vingtaine de chats. Installés à leur "domicile", ils ont été successivement appelés par trois illustres inconnus et par leur maître : et, effectivement, ils réagissent nettement plus lorsque c'est ce dernier qui se manifeste. Saito et Shinozuka ont analysé une multitude de facteurs - mouvement des oreilles, des yeux, ronronnements, dilatation des yeux... - pour parvenir à cette conclusion.

Ceci étant, ce n'est pas pour cela que les chats vont se décider à devenir obéissants. Bien au contraire : si les chats répondent positivement - ou négativement - à l'appel de leurs maîtres, c'est uniquement en fonction de leur humeur - ce que Saito et Shinozuka expliquent par la récente domestication du chat par l'homme, au contraire du chien. Ainsi, cette séquence relève par exemple d'un heureux hasard :

Mais, généralement, la relation entre les chats et les humains devrait plutôt rester sur ce ton :

Vu sur The Independent

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !