Las Vegas : un chauffeur de taxi trouve 300 000 dollars dans sa voiture... il les rend à son client | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Las Vegas : un chauffeur de taxi trouve 300 000 dollars dans sa voiture... il les rend à son client
©Reuters

L'honnêteté récompensée

Las Vegas : un chauffeur de taxi trouve 300 000 dollars dans sa voiture... il les rend à son client

Le client avait oublié un sac plastique sur la banquette arrière du véhicule.

"Je n'attends rien en retour, je voulais simplement être honnête". Voilà comment Gerardi Gambao a expliqué son geste. Le chauffeur de taxi de Las Vegas a en effet eu un geste d'élégance puisqu'il a rendu 300 000 dollars à son propriétaire après que celui-ci les ait oubliés sur la banquette arrière de son véhicule. Beaucoup aurait gardé l'argent mais pas lui.

"C'était une question d'honneur" dit-il. Chauffeur depuis 13 ans pour la compagnie Yellow Checker Star, il avait conduit ce client du Cosmopolitan jusqu'au Palms Place. Après avoir reçu un pourboire de 5 dollars, le client a quitté le véhicule en oubliant le sac en papier. Arrêté à un feu rouge, Gerardo Gamboa a regardé ce qu'il y avait dans le sac. Et surprise, il contenait 300 000 dollars en billets de 100 dollars, rangés en six liasses de 50 000 !

L'homme a alors mis l'argent sécurité au bureau de la compagnie de taxis. La compagnie a alors retrouvé le client. Une fois les vérifications d'usage effectuées, l'argent lui a été remis. L'homme a remercié Gerardo Gamboa et a promis de le récompenser. En attendant, le chauffeur bienveillant a reçu le titre honorifique de "Chauffeur de l'année" de la part de sa compagnie. Il a donc gagné une prime de 1 000 dollars et un dîner offert dans un des plus grands restaurants de la ville. 

Lu sur Gentside

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !