La reconnaissance faciale bientôt à Roissy ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La reconnaissance faciale bientôt à Roissy ?
©Reuters

Sécurité

La reconnaissance faciale bientôt à Roissy ?

En mai prochain, l'aéroport Paris – Charles De Gaulle devrait tester la reconnaissance faciale, comme l'a annoncé jeudi son PDG, Augustin de Romanet

Dans une interview accordée au Parisien jeudi, l'actuel Président directeur général d'ADP (Aéroports De Paris), a fait le point sur les nombreux changements à venir au sein de son groupe.

A commencer par un changement de nom. Aujourd'hui, ADP devient officiellement "Paris Aéroport", dans le but de renforcer la compétitivité de sa marque à l'international, en insistant sur le nom de "Paris".

Outre les projets immobiliers et hôteliers prévus pour la zone de l'aéroport Charles-De-Gaulle à Roissy, Augustin de Romanet a détaillé les mesures de sécurité renforcées que Paris Aéroport compte mettre en place suite aux récents attentats terroristes à l'aéroport de Bruxelles.

Pour faire face à l'accroissement de la menace terroriste, le patron de Paris Aéroport confirme qu'il y aura "davantage de contrôles en zone publique. Des patrouilles avec des chiens se multiplient, nous avons également des profileurs et on améliore notre système de vidéosurveillance, qui compte 9 000 caméras, contre 1 000 avant le 11 septembre 2001.", explique-t-il au Parisien.

Egalement au menu, une automatisation des contrôles en zone d'embarquement, afin de réduire le temps d'attente des passagers, mais aussi de pouvoir affecter les services de Police à d'autres tâches plus sensibles. Dans ce cadre, l'aéroport de Paris CDG va tester la reconnaissance faciale des passagers à partir du mois prochain.

A LIRE AUSSI : Aéroport d’Orly : rasez ces barbes que je ne saurais voir !

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !