La Convention républicaine frappée par une épidémie de vomissements et de diarrhée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Convention républicaine frappée par une épidémie de vomissements et de diarrhée
©REUTERS / Aaron Bernstein

Symbole

La Convention républicaine frappée par une épidémie de vomissements et de diarrhée

Quand la réalité dépasse la fiction...

Le symbole est trop beau pour ne pas faire les choux gras. Alors que le Parti républicain américain vient officiellement de nominer Donald Trump pour l'élection présidentielle, un homme haï et méprisé par la majorité des activistes et des cadres du parti, la Convention républicaine est frappée par une épidémie de vomissement et de diarrhée. Le norovirus se répand dans la Convention. En clair, il y a une épidémie de gastro à Cleveland... Oui, littérale, pas seulement figurative. 

Ce sont des membres de la délégation de Californie qui auraient apporté le virus avec eux. Une douzaine d'entre eux sont tombés malades en même temps juste après être arrivés à Cleveland. Le norovirus provoque des vomissements et de la diarrhée extrêmes, et est très contagieux, notamment dans les espaces renfermés et grouillant de monde comme les navires, les écoles, les maisons de retraites, ou les congrès de partis politiques. 

La situation est donc prise très au sérieux. Les personnes atteintes sont mises en quarantaine dans leur hôtel jusqu'à fin des symptômes pendant plus de 48 heures, et des échantillons fécaux ont été recueillis par les services de santé de l'état de l'Ohio. Des instructions d'hygiène ont été distribués aux délégués : se laver les mains fréquemment, utiliser du gel hydroalcoolique, éviter de serrer des mains, ne pas partager de nourriture et ne pas prendre les divers cars et navettes s'ils ont des symptômes. 

Lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !