La collection d'art à 3 milliards d'euros qui dort à Téhéran | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
La collection d'art à 3 milliards d'euros qui dort à Téhéran
©

Collection privée du regard

La collection d'art à 3 milliards d'euros qui dort à Téhéran

Dans un entretien, la veuve du Shah d'Iran Farah Pahlavi, âgée de 80 ans, revient sur l'incroyable collection que cette grande amatrice d'art a accumulée et laissée à Téhéran

Farah Pahlavi, celle qu'on surnomme la "Jackie Kennedy" du Moyen-Orient a acquis avec (l'argent du royaume) une collection estimée à plus de 3 milliards d'euros d'œuvres. Dans un entretien à la BBC, elle revient sur la collection qu'elle a laissée à Téhéran.

Au sein de cette caverne d'Ali Baba, on retrouve essentiellement des œuvres occidentales. Des tableaux de Bacon, Warhol, Picasso, Giacometti, Magritte ou Renoir ont ainsi fait partie de la collection. Grande amie de Warhol, l'ancienne impératrice a notamment été peinte par l'artiste américain dans une œuvre aujourd'hui exposée à New-York.

Farah Pahlavi explique avoir incité à la dépense dans des "œuvres d'art plutôt que dans des meubles laids". Elle explique aussi ne pas avoir cherché à emporter les œuvres au moment de la fuite de la famille régnante d'Iran lors de la Révolution iranienne de 1979. "Ce que j’ai acheté, c’est pour l’Iran, pas pour m'enfuir avec" explique-t-elle.

Longtemps enfouies dans les entrailles du musée de Téhéran, quelques œuvres ont été exposées en 2005. Il n'a cependant pas fallu plus de deux heures avant que la censure religieuse n'enlève plusieurs œuvres jugées indécentes telles que "Gabrielle à la chemise ouverte" de Renoir.

Aujourd'hui l'ensemble des œuvres sont reproduites dans le livre "Iran Modern: The Empress of Art" publiée chez Assouline.

 

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !