La chanteuse Tal avoue être victime d'attaques racistes sur les réseaux sociaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
La chanteuse Tal avoue être victime d'attaques racistes sur les réseaux sociaux
©Capture d'écran / Tal Officiel

Insultée

La chanteuse Tal avoue être victime d'attaques racistes sur les réseaux sociaux

"J’ai déjà reçu des propos terribles sur ma religion, au sujet de mes origines.", a-t-elle déclaré à Paris match.

Dans une interview accordée à Paris Match, la chanteuse Tal, 26 ans, a révélé être la cible de nombreuses insultes racistes sur les réseaux sociaux. "J’ai déjà reçu des propos terribles sur ma religion, au sujet de mes origines. J’ai lu des mots comme ‘sale juive’ ou ‘sale israélienne’.", a expliqué la jeune femme née en Israël.

Tal se considère d'ailleurs comme une "citoyenne du monde". En effet, elle possède également des origines yéménites et marocaines, mais vit en France depuis sa plus tendre enfance. Au lieu de se laisser abattre par les critiques, la jeune chanteuse préfère ignorer ceux qui déversent si facilement leur haine. "Le mieux, c’est de ne pas regarder ou mieux encore, de les ignorer." "Parfois, c’est plus difficile mais en grandissant, on se forge un caractère d’acier.", a-t-elle ajouté. 

"Liberté, égalité, fraternité"

Cependant, elle pense que sa génération a compris qu'il fallait que tout le monde vive en paix et ensemble : "J’ai l’impression que la nouvelle génération a les clés en main. Les jeunes ont conscience qu’il faut vivre ensemble et mettre enfin en application notre devise "Liberté, égalité, fraternité". Je reste persuadée que cette génération peut faire changer les choses et bouger les lignes dans notre pays. Je crois vraiment que l’art peut transmettre des émotions, des sentiments parfois profonds et qu’il peut faire évoluer les mentalités, a rappelé la jeune chanteuse. C’est ce que j’ai fait avec ma chanson La Paix, présente dans mon dernier album. "

Lu sur Le Soir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !