L'infidélité des hommes pourrait bien les sauver du cancer de la prostate | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Les relations sexuelles fréquentes empêche l’apparition de cancer chez les hommes
Les relations sexuelles fréquentes empêche l’apparition de cancer chez les hommes
©Reuters

Bonne nouvelle ?

L'infidélité des hommes pourrait bien les sauver du cancer de la prostate

Selon une étude, les hommes qui multiplient les conquêtes ont 30% de risque de moins de développer un cancer de la prostate.

Voilà une étude qui devrait mettre un coup au moral des maris les plus fidèles. Publiée dans le journal Cancer Epidemiology et relayée par Contrepoints, elle évalue les risques des hommes de développer un cancer de la prostate. Les chercheurs se sont intéressés à la ville de Montréal, au Canada. Ils ont interrogé pendant 4 ans (de 2005 à 2009) 3 208 hommes dont pratiquement la moitié (1590) a été diagnostiquée avec ce type de cancer. Les trois-quarts de l'échantillon sont mariés et ont entre 50 et 70 ans.

Leur vie sexuelle a été passée au crible par les chercheurs et les découvertes sont surprenantes : les hommes qui ont eu plus de 20 partenaire sexuels pendant la période étudiée ont moins de chances de développer un cancer de la prostate que les hommes d'une seule femme. La différence est de 30%. Pire, les hommes fidèles développent des formes encore plus agressives de ce cancer.

Les raison de ces différences ne sont pas définitives. Il est probable que le manque de relations sexuelles entraîne une accumulation de toxines dans la prostate. Ainsi, l'infidélité n'est peut-être pas obligatoire si les couples sont sexuellement suffisamment actifs.

En revanche, la tendance s'inverse radicalement lorsque l'on s'intéresse à la population homosexuelle. Plus ces hommes ont eu de partenaires dans leur vie plus ils sont exposés au cancer, contrairement aux monogames qui ont les mêmes risques de que les hétérosexuels fidèles. Selon l'étude, c'est la pénétration anale répétée qui pourrait endommager la prostate.

Lu sur Contrepoints

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !