L'incroyable histoire d'Andrew Wardle, l'homme né sans pénis mais en passe d'en avoir un grâce à une greffe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Andrew Wardle
Andrew Wardle
©Capture

Il lui manquait quelque chose...

L'incroyable histoire d'Andrew Wardle, l'homme né sans pénis mais en passe d'en avoir un grâce à une greffe

Même sans pénis, le Britannique assure avoir à son actif une centaine de conquêtes et se réjouit à l'idée de bientôt pouvoir fonder une famille.

Andrew Wardle est, en apparence, un homme comme les autres. Pourtant, le Britannique est né avec un handicap peu commun, celui ne pas avoir de pénis. Venu au monde avec une vessie extra-utérine, (formée à l'extérieur de son ventre)  qui a empêché le développement de sa verge, Andrew vit depuis 40 ans avec des testicules, sans pénis. Si le Britannique a longtemps caché son handicap et notamment à la majorité de ses conquêtes, celui-ci savoure enfin  l'approche de son opération reconstructrice. En effet, une équipe médicale s'est penchée sur le handicap d'Andrew et a prévu de construire l'organe manquant à partir d'une greffe de peau et de tissus nerveux prélevés dans son bras. "Je n'ai jamais pensé que ce jour viendrait et je n'arrive toujours pas à croire qu'il me sera vraiment possible d'avoir un pénis tout à fait fonctionnel. Si l'opération réussit, je pourrais enfin commencer à vivre comme un homme normal", s'est-il réjouit.

Cette opération ne sera jamais que la seizième pour le Britannique. Abandonné à sa naissance par sa mère alors âgée de 17 ans, Andrew Wardle a rencontré de sérieux problèmes rénaux et de nombreuses infections en grandissant, l'obligeant à se faire régulièrement opérer.

Avec les femmes, le quarantenaire raconte n'avoir jamais eu de problème et compterait une centaine de conquêtes à son actif. "Certaines étaient des coups d'un soir, d'autres des relations longues. Mais je n'ai avoué la vérité qu'à 20% d'entre elles […] Le fait que je ne pense pas qu'à prendre mon pied m'a rendu plus attirant pour les femmes. Mon charme vient du fait que je ne base pas mes relations que sur le sexe". Celui qui s'est souvent tourné vers la drogue et qui utilisait ce prétexte pour justifier auprès des femmes, son incapacité à avoir des rapports sexuels, va enfin pouvoir faire l'amour et fonder une famille. "Des choses  que tellement de gens prennent pour acquis, vont enfin devenir envisageables".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !