L'échange surréaliste entre Olivier Mazerolle et Florian Philippot autour de "Zizou" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
L'échange surréaliste entre Olivier Mazerolle et Florian Philippot autour de "Zizou"
©Caroline Brenière / RTL.fr

"Bah Zizou !"

L'échange surréaliste entre Olivier Mazerolle et Florian Philippot autour de "Zizou"

Le journaliste de RTL cherchait absolument à faire citer le joueur par le numéro 2 du FN, franchement pas fan de foot.

L'Euro approchant à grands pas, il est désormais nécessaire pour tout politique qui se respecte, de clamer son amour du maillot et forcément du sport. Sauf que Florian Philippot préfère la chose publique que celle des stades. "Je ne suis pas un grand fan de football" explique ainsi le vice-président du Front national sur RTL, ce mercredi matin. Mais c'est mal connaitre l'intervieweur en chef Olivier Mazerolle qui tient absolument à lui trouver son joueur préféré. "Alors votre idole, votre idole, votre idole dans le football ? C'est qui ?" lance le journaliste. "Je n'ai pas particulièrement d'idole" répond l'intéressé. "J'ai un très bon souvenir de la Coupe du monde de 1998, comme tous les Français, mais je ne vais pas me déguiser…" S'ensuit un échange surréaliste :

Olivier Mazerolle : Alors Zizou ! Alors Zizou !

Florian Philippot : Je ne sais pas, je ne suis pas un fanatique de football.

Olivier Mazerolle : Eh Zizou alors ?!

Florian Philippot : … Bah oui, pourquoi pas.

Olivier Mazrolle : Hein ? Allez, dites-le : Zizou !

Florian Philippot : [rires] Pourquoi vous voulez que je dise…

Olivier Mazerolle : Bah Zizouuu ! J'ai envie de vous entendre dire 'Zizou'.

Florian Philippot : Bah je l'ai dit voilà, 'Zizou'.

Olivier Mazerolle : Voilà : Merci Florian Philippot. Bonne journée.

Lu sur Le Lab

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !