Karine Le Marchand contre Lilian Thuram : elle affirme "avoir subi des pressions" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Karine Le Marchand a répondu à Lilian Thuram
Karine Le Marchand a répondu à Lilian Thuram
©Reuters

Le grand déballage continue

Karine Le Marchand contre Lilian Thuram : elle affirme "avoir subi des pressions"

"Je suis meurtrie et sidérée, je ne comprends pas ce déballage et ces mensonges", déclare Karine Le Marchand dans les propos rapportés par Thomas Hugues.

Voilà une séparation qui tourne au cauchemar. Le divorce entre Karine Le Marchand et Lilian Thuram vire au règlement de compte par médias interposés. Un véritable feuilleton sans fin. Jeudi dernier, l'ancienne star du ballon rond affirmait sur le plateau du Grand Journal que l'animatrice l'avait menacé par SMS de "détruire son image". Dès le lendemain son ex contre-attaquait. Ainsi, le journaliste Thomas Hugues a publié sur son compte Twitter des propos de l'animatrice. Celle-ci se serait dite "meurtrie et sidérée".

"Je suis meurtrie et sidérée, je ne comprends pas ce déballage et ces mensonges", déclare Karine Le Marchand dans les propos rapportés par le journaliste. "J'avais publié un communiqué pour apaiser la situation. Je regrette d'avoir retiré ma plainte", poursuit-elle. Pour rappel, le 4 septembre, l'animatrice avait déposé une plainte pour violences conjugales. Elle dit avoir "subi des pressions pour retirer [sa] plainte". "Je préfère pour l'instant ne pas réagir publiquement pour protéger mes enfants", explique Karine Le Marchand, alors que ses propos se diffusent sur Twitter.

Jeudi, le champion du monde 98 racontait une séparation "surréaliste" au cours de laquelle il a été menacé par son ancienne compagne. "Elle m'a fait une demande de compensation financière, par rapport aux années que nous avons passées ensemble. Comme je n'étais pas d'accord, elle m'a envoyé un texto. Elle m'a dit qu'elle allait me détruire, détruire mon image à un point que je ne pouvais imaginer", témoigne-t-il. Une véritable guerre ouverte.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !