Karaoké : la Chine va interdire les chansons menaçant la « sécurité nationale » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Un salon de karaoké à Hong Kong, le 11 février 2011.
Un salon de karaoké à Hong Kong, le 11 février 2011.
©MIKE CLARKE / AFP

Censure ?

Karaoké : la Chine va interdire les chansons menaçant la « sécurité nationale »

La Chine a annoncé qu'elle allait interdire aux établissements de karaoké de proposer des chansons jugées violentes, incitant à la haine et pouvant potentiellement menacer la sécurité nationale. Une future liste noire doit être établie, selon de nombreux médias.

La Chine a annoncé qu'elle allait interdire aux établissements de karaoké, très populaires sur son territoire, de proposer des chansons jugées violentes, incitant à la haine ou encore « portant atteinte à la sécurité nationale ».

En Chine, les karaokés sont de véritables complexes avec des salles privatives et des écrans géants. Il est possible de chanter entre amis des chansons choisies parmi plusieurs dizaines de milliers de titres.

Le ministère chinois de la Culture et du Tourisme a annoncé cette semaine dans une note l'établissement à partir du 1er octobre d'une liste noire de chansons « au contenu illégal ».

Les chansons accusées d'atteinte à la sécurité et à l'unité nationales, d'incitation à la haine raciale ou encore faisant la promotion des sectes, des jeux d'argent et de la criminalité seront donc interdites à l’avenir dans les karaokés en Chine.

« Comme il existe près de 50.000 karaokés et lieux de divertissement à l'échelle du pays, l'application de la loi et les contrôles seront particulièrement difficiles », selon les précisions d’un membre du ministère, cité par l'agence de presse Chine nouvelle.

Ces régulations ont suscité beaucoup de discussions et d’échanges sur le réseau social chinois Weibo.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !