Justin Bieber : le chanteur se fait saisir son singe par la douane allemande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Justin Bieber : le chanteur se fait saisir son singe par la douane allemande
©

#bananasforbieber

Justin Bieber : le chanteur se fait saisir son singe par la douane allemande

La douane allemande a réalisé que le jeune chanteur n'avait pas les documents nécessaires pour son petit singe capucin, Mally.

Mally, le petit singe capucin de Justin Bieber, a été saisi et placé en quarantaine par la douane allemande ce vendredi. Ces derniers ont estimé que le jeune chanteur n'avait pas les papiers nécessaires pour faire rentrer son singe sur le territoire allemand.

"L'animal a besoin de certificat de santé et d'autres autorisations", a indiqué un porte-parole de la douane allemande. Biebs est désormais menacé d’être poursuivi par la justice allemande. Il risque également une amende de plus de 10 000 euros pour avoir enfreint les lois sanitaires du pays.

C'est le producteur de films et de musique Jamal Rashid, plus connu sous le nom de Mally Mall, qui avait offert à la jeune star ce petit capucin pour son anniversaire. Selon une source proche du chanteur, qui s'est confié au journal britannique The Sun, Justin Bieber "a agi comme une diva. Il est hors de contrôle et vit dans une réalité alternative pour le reste d'entre nous..."

Toujours selon cette même source, le chanteur devrait avoir "le coeur brisé" par cette séparation... Ce petit singe noir à face blanche suit en effet la pop star comme son ombre depuis quelques temps.

Monkey business: Justin Bieber's beloved monkey Mally has been seized by customs officials after the star allegedly demanded to travel into the EU with his pet

(Credit Instagram/Justin Bieber)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !