Journée mondiale de l'orgasme : jouissance maximale prévue ce dimanche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
La journée mondiale de l'orgasme est prévue le 21 décembre.
La journée mondiale de l'orgasme est prévue le 21 décembre.
©

Oh oui

Journée mondiale de l'orgasme : jouissance maximale prévue ce dimanche

Selon une étude, près de 8 Françaises sur 10 seraient à la recherche de l'orgasme.

Une date à cocher dans votre agenda : ce dimanche 21 décembre est la journée mondiale de l’orgasme. Eh oui, il n'y a qu'une seule journée. "Le jour le plus court de l'année, on a envie de rester longtemps au lit, longtemps, longtemps et pas seul", annonce le site officiel de cet événement. Les deux fondateurs, un homme et une femme ont eu l’idée un peu folle d’imaginer que "si le maximum de monde faisait l’amour simultanément à 11h11 précises, une vague d’ondes positives se propageraient sur notre planète contrant ainsi la haine et la violence".

De bien belles paroles, et à cette occasion, l'IFOP dévoile les résultats d'un sondage sur la "petite mort". Et les chiffres ne sont pas forcément fameux. On commence par une bonne nouvelle : 93% des femmes ont déjà connu l’orgasme. Sauf que dans le détail, une large partie, 79%, souffre d'anorgasmie, c'est à dire la difficulté à atteindre l'orgasme. En 2006, l'Inserm avait effectué une enquête similaire. 63 % des femmes interrogées avaient alors admises avoir rencontré ces complications. Le chiffre est donc en nette hausse.

Près des deux tiers (63%) ont déjà simulé lors d'un rapport au cours de leur vie et 9% avouent même feinter régulièrement. Selon le sondage, réalisé sur un échantillon de 1006 femmes, des facteurs tels que le niveau de vie, la situation maritale ou la religion peuvent influencer sur la jouissance.

Histoire d’être plus technique, les Françaises plébisciteraient la classique mais efficace position du"Missionnaire", qui serait suivie d"'Andromaque" puis du "Gauffrier". Messieurs-Dames, vous savez ce qu'il vous restent à faire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !