Joints à l'hortensia : les jeunes allemands en raffolent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le joint à l'hortensia fait fureur en Bavière.
Le joint à l'hortensia fait fureur en Bavière.
©Wikimedia/Tiago Fioreze

Drogue insolite

Joints à l'hortensia : les jeunes allemands en raffolent

La plante aurait des effets similaires à la marijuana.

La consommation de marijuana est interdite ? Tournez-vous vers… les hortensias ! Le quotidien allemand Die Welt révèle que c'est en tout cas ce que font de nombreux jeunes outre-Rhin, mais aussi les plus âgés, et plus particulièrement dans le sud du pays en Bavière. C'est que la plante a des effets similaires à la marijuana, sans en avoir les désavantages…

Bien moins onéreuse que le cannabis, l'hortensia est donc la nouvelle "drogue" à la mode. A tel point que les adolescents saccagent les jardins publics de Bavière pour se procurer cette plante colorée.

Comment font-ils pour fumer des joints à l'hortensia ? Le quotidien Die Welt indique que les Allemands arrachent tout simplement les feuilles et les pétales, les font ensuite sécher et le tour est joué. Il ne reste plus qu'à rouler le joint.  

Mais attention, fumer de l'hortensia peut avoir des conséquences désastreuses sur la santé. Les substances qui se trouvent dans la plante peuvent en effet se transformer en acide cyanhydrique lorsqu'elles sont fumées à dose élevée. Or cet acide, également appelée Zyklon B et qui était notamment utilisé par les nazis dans les chambres à gaz peut entraîner le blocage des voies respiratoires et donc par la suite l'étouffement.

Ce nouveau type de fumette pose donc un vrai problème car interdire les hortensias dans les jardins semblent pour le moment exclu d'autant plus que les effets à long terme de cette nouvelle "drogue" ne sont pas encore connus. 

Lu sur Le Matin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !