Jeannette Bougrab revient sur sa relation avec Charb dans un livre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
L'ex secrétaire d'Etat Jeannette Bougrab.
L'ex secrétaire d'Etat Jeannette Bougrab.
©Capture d'écran BFMTV

Confession

Jeannette Bougrab revient sur sa relation avec Charb dans un livre

Dans Maudite, en librairie mercredi, Jeannette Bougrab raconte sans détour son histoire d’amour avec Charb.

Installée en Finlande "pour chan­ger d'air après la violence et la méchanceté", Jeannette Bougrab a écrit un livre confession, qui sortira le 13 mai.

"J'étais si bas qu'il m'arri­vait d'espé­rer ne plus me rele­ver", peut-on y lire. Dans cet ouvrage, l’an­cienne secré­taire d’Etat de François Fillon confie qu’elle a voulu mourir après l'enter­re­ment de son compa­gnon, le dessinateur Charb. Après sa tentative de suicide, Jeannette Bougrab fut hospitalisée plusieurs jours.

Tenue à l'eccart de l'enterrement de Charb, dont la famille a mis en doute la véracité de sa relation, l'ex secrétaire d'Etat assure que l'amour était bien là.  Née "un jour d'automne chez Lipp à midi", l'histoire d'amour a pris une tour­nure plus sérieuse lorsqu'elle a appris la mala­die de sa mère (un cancer du pancréas). "Mon chéri m'a dit ‘Bien sûr, tu l'as ton chéri, c'est moi, je suis ton mec. Je veux la rencon­trer’, écrit-elle. "Pour me soute­nir, il est venu habi­ter chez moi", ajoute-t-elle.

Face aux dénégations de la famille de Charb, Jeannette Bougrab ne lache rien : "Je passe cinq heures chez un huis­sier à consi­gner ma corres­pon­dance avec Charb, plusieurs centaines de SMS et des dessins pour May (sa fille, ndlr) comme preuves tangibles de notre amour sincère et profond".

A Paris Match, elle conclut: "Ils veulent faire passer Charb comme l'un de ces 'hommes qui saute sur tout ce qui bouge' et moi comme 'son plan cul'. Parce qu'ils veulent que l'image de Charb corresponde à celle qu'ils veulent donner de Charlie Hebdo".

Lu dans Gala

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !