Jay-Z avoue finalement avoir trompé Beyoncé... et explique les raisons de son infidélité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Jay-Z avoue finalement avoir trompé Beyoncé... et explique les raisons de son infidélité
©Capture d'écran

Confessions

Jay-Z avoue finalement avoir trompé Beyoncé... et explique les raisons de son infidélité

La superstar de la musique américaine a abordé la question lors d'une longue interview au New York Times.

Des mots sur les maux…et sur un secret de polichinelle. Dans un entretien fleuve accordé au New York Times, Jay-Z a confirmé avoir trompé la chanteuse Beyonce, son épouse avec qui il a trois enfants. Selon lui, son acte s’explique par les cicatrices du passé. "Vous devez survivre", a lancé le rappeur dans les colonnes du quotidien américain. "Donc vous activez le mode «survivant » et quand c’est le cas, que se passe-t-il ? Vous bloquez toutes les émotions. Même avec les femmes, vous devez vous fermer émotionnellement, donc vous ne pouvez pas vous connecter… Dans mon cas, c’est profond. Et ensuite, tout part de là : l’infidélité".

Le natif de New York avait déjà dévoilé des indices concernant son infidélité dans l'album  "4 : 44", et Beyonce avait également abordé la question dans "Lemonade". "Vous savez, les gens abandonnent, le taux de divorce est de 50% ou presque parce que les gens ne peuvent plus se voir" poursuit-il. "Le plus dur est de voir la douleur que vous avez infligée sur le visage de l’autre, et ensuite de vivre avec". Pour se soigner, Jay-Z a fait ce qu'il connaît le mieux : la musique.  "Nous utilisions notre art un peu comme une thérapie" a-t-il estimé. Durant l'entretien, le poids lourd du rap US a également abordé son amitié avec une autre superstar de la musique Kanye West, la qualifiant de "compliquée". 

Lu sur The New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !