Japon : polémique à propos des funérailles nationales de Shinzo Abe, ex-premier ministre assassiné | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Shinzo Abe
Shinzo Abe
©KAZUHIRO NOGI / AFP

Soleil Levant

Japon : polémique à propos des funérailles nationales de Shinzo Abe, ex-premier ministre assassiné

L’ex-premier ministre japonais a été assassiné le 8 juillet dernier

Des funérailles nationales ont débuté à Tokyo, mardi 27 septembre, en l’honneur de Shinzo Abe, l’ex-premier ministre japonais assassiné le 8 juillet écrit Le Monde.

"Shinzo Abe a été incinéré en juillet après des funérailles privées dans un temple de Tokyo, quelques jours après avoir été tué par balles, à 67 ans, alors qu’il donnait un discours de campagne à Nara, une ville de l’ouest du pays."

"Ces funérailles nationales divisent profondément l’opinion. La polémique s’est nourrie de l’absence de consultation démocratique, du coût élevé de l’initiative – près de 12 millions d’euros –, ainsi que des liens entre le défunt et son mouvement, le Parti libéral démocrate (PLD) avec l’Eglise de l’unification, aussi appelée secte Moon."

"Des manifestations pacifiques contre l’événement ont parfois réuni plusieurs milliers de personnes ces dernières semaines et un nouveau rassemblement avait lieu mardi devant le Parlement. Un homme a aussi tenté de s’immoler par le feu près des bureaux du premier ministre la semaine dernière, pour protester contre l’hommage national."

"Le gouvernement soutient que la cérémonie n’a pas vocation à forcer quiconque à honorer Shinzo Abe. Les principaux partis d’opposition n’y assistent pas : parmi eux, nombreux sont ceux qui estiment que l’événement rappelle les gouvernements impériaux d’avant-guerre, qui utilisaient les funérailles d’Etat pour attiser le sentiment nationaliste."

C'est Nicolas Sarkozy qui représente la France lors de ces funérailles.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !