Japon : un philosophe veut créer un village touristique à proximité de Fukushima | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vue aérienne de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi
Vue aérienne de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi
©

Tourisme noir

Japon : un philosophe veut créer un village touristique à proximité de Fukushima

Au programme : visite en bus de la centrale, musée et shopping.

Écolo ou juste dingue ? Le nouveau projet du philosophe Hiroki Azuma fait en tout cas réagir au Japon et hors des frontières de l'archipel. Le japonais a proposé cet été de créer un village touristique à quelques encablures de la centrale nucléaire ravagé de Fukushima Daiichi afin d'en faire le nouveau lieu incontournable du "tourisme noir", ces virées qui consistent à visiter des lieux associés à des grandes tragédies ou catastrophes.

La principale attraction que proposera ce "village" sera une sortie en bus jusqu'à la centrale : équipés de toutes les protections nécessaires, les visiteurs "pourront se rendre compte par eux-mêmes de l'importance des dégâts causés à l'intérieur", écrit le South Morning China Post. Au village, situé à la limite de la zone d'exclusion, les touristes pourront séjourner, se restaurer, faire du shopping et aussi visiter un musée narrant l'histoire de la catastrophe et son impact sur la vie locale. Parmi les plans évoqués figure aussi celui d'en faire un lieu dédié à la promotion des énergies renouvelables.

"Le projet est encore dans les cartons, nous n'avons pas encore de plans pour réunir les fonds nécessaires", a confié Azuma au journal. "Nous prévoyons de terminer totalement le projet aux alentours de 2036".

La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi avait été touché par le tsunami consécutif à l'important séisme survenu à une centaine de kilomètres de côte japonaises le 11 mars 2011. Deux réacteurs avaient explosés, libérant de la matière radioactive dans l'atmosphère et l'océan. Plusieurs milliers d'ouvriers sont encore mobilisés aujourd'hui pour contenir les fuites d'eau contaminées, conséquence des tentatives menées pour refroidir la matière fissile.

Lu sur South Morning China Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !