Japon : décès de Hiroo Onoda, ce soldat qui avait continué la Seconde guerre mondiale jusqu'en 1974 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Hiroo Onoda est décédé ce jeudi
Hiroo Onoda est décédé ce jeudi
©REUTERS/Kyodo/Files

Seigneur de guerre

Japon : décès de Hiroo Onoda, ce soldat qui avait continué la Seconde guerre mondiale jusqu'en 1974

Il s'était caché dans la jungle aux Philippines, pensant que le conflit n'était pas encore terminé.

Le dernier samouraï est mort. Hiroo Onoda, soldat japonais ayant combattu durant la Seconde guerre mondiale, est décédé ce jeudi à l'âge de 91 ans. Officier de renseignement et spécialiste des techniques de guérilla, il est mort des suites d’un arrêt cardiaque dans un hôpital de la capitale japonaise. Particularité de ce combattant : jusqu'en 1974, il pensait que le conflit perdurait. En effet, pendant près de 30 ans, il continua des opérations de guérilla alors qu'il était reclus au fin fond d'une jungle des Philippines.

Hiroo Onoda avait été envoyé aux Philippines en 1944 avec un ordre formel : ne jamais se rendre et tenir jusqu’à l’arrivée de renforts. Avec trois autres soldats, il a obéi à cette instruction pendant des années après le conflit, ignorant que le combat était fini. Leur existence ne fut découverte qu’en 1950 lorsque l’un d’eux décida de sortir de la forêt et de rentrer au Japon.

Malgré le largage par avion de tracts ayant pour objectif d'informer le soldat que le conflit était terminé et que l’armée impériale avait été battue, le soldat n’y crut jamais et continua avec ses derniers acolytes à surveiller des installations militaires et même parfois à se battre contre des soldats philippins.

Pour lui, la guerre n’était pas terminée, l’Empire ne pouvant être vaincu. Et il prenait pour preuve, le survol de sa zone par des B-52 américains durant la guerre du Vietnam. Les recherches pour le retrouver, avec son dernier compagnon d'infortune, furent arrêtées en 1959, Japonais et Philippins étant persuadés qu'ils étaient morts.

Mais en 1972, ils refirent surface pour attaquer des troupes philippines. Onoda réussit à s’enfuir alors que son dernier homme était tué. Tokyo décida alors d’envoyer des membres de sa propre famille pour tenter de le convaincre d’arrêter le combat. Sans effet. Il aura fallu attendre l'ordre express de son ex-commandant en 1974 pour que Hiroo Onoda dépose enfin les armes.

lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !