ISS : arrimage réussi d'un vaisseau Soyouz avec une équipe russo-américaine à son bord | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
ISS : arrimage réussi d'un vaisseau Soyouz avec une équipe russo-américaine à son bord
©NASA

Tout est sous contrôle

ISS : arrimage réussi d'un vaisseau Soyouz avec une équipe russo-américaine à son bord

Le vaisseau a atteint son objectif vendredi matin après avoir été contraints de passer deux jours en orbite.

Il est enfin arrivé. Avec 48 heures de retard, l'équipage russo-américain deSoyouz a atteint vendredi la Station spatiale internationale (ISS). L'arrimage a eu lieu à l'heure prévue à 3h53 heure de Moscou, a indiqué l'agence spatiale russe. Trois hommes étaient à son bord : Aleksandr Skvortsov, Oleg Artemiev et l'astronaute américain Steven Swanson. La procédure a pris deux jours de retard en raison d'un problème technique. Ce qui n'a pas semblé déranger Skvortsov. "C'était sympa... Il y a beaucoup plus de place ici" a-t-il expliqué dans une vidéo transmise depuis l'ISS.

Les trois cosmonautes avaient pris place mardi soir dans le Soyouz, pensant arriver à l'ISS au terme d'un voyage de 6 heures... Ils y sont restés 48. Le vaisseau aurait normalement dû atteindre l'ISS mercredi matin, mais leur vaisseau Soyouz a subi un incident technique au cours de son approche en orbite. D'après le communiqué, le problème technique a forcé le vaisseau à se rabattre sur la procédure habituelle plus longue.

"Ça a été deux longues journées, mais nous y sommes arrivés. Content d'être ici", a déclaré Steven Swanson dans une vidéo transmise depuis l'ISS. Bien que les lanceurs et vaisseaux Soyouz soient considérés comme les plus sûrs au monde, le secteur spatial russe a connu ces dernières années une série de défaillances.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !