Islande : il est interdit de s'appeler Harriet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
En Islande, on ne peut pas appeler son enfant comme on veut
En Islande, on ne peut pas appeler son enfant comme on veut
©Reuters

Etrange

Islande : il est interdit de s'appeler Harriet

Et une petite fille britannico-islandaise en a eu confirmation.

En Islande, les parents ne peuvent pas appeler leur progéniture comme ils l'entendent. La loi est très stricte à ce sujet. Il existe dans ce pays nordique un Registre national regroupant les (très précisément) 3 565 prénoms autorisés (1 853 féminins et 1 712 masculins) comme l'indique The Guardian. Les autorités locales sont à ce point à cheval sur le sujet qu'elles sont capables de supprimer le passeport des habitants contrevenants. C'est en effet ce qui est arrivé à une jeune fille possédant la double nationalité britannique et islandaise, comme le relate le quotidien britannique. 

En effet, les autorités du pays n’ont pas accepté de renouveler le passeport de Harriet, la fille de Kirstin et Tristan Cardew. La raison ? Comme le relaie Europe 1, le prénom que lui ont choisi ses parents ne figure pas dans la liste du Registre national de Reykjavik. Jusqu’ici, les autorités islandaises avaient accepté qu’Harriet et son frère Duncan voyagent sous les noms de Stúlka et Drengur, "fille" et "garçon" en islandais.

"Mais cette fois, les autorités ont décidé d’appliquer la loi à la lettre", raconte Tristan Cardew marié à une islandaise. Il a donc dû demander en urgence un passeport britannique pour Harriet à l’ambassade.

Selon The Guardian, tous les ans, le Comité des prénoms islandais reçoit une centaine de demandes (pour une île de 320 000 habitants) formulées par des parents qui veulent être un peu originaux. Environ la moitié d'entre elles sont acceptées dans une volonté de moderniser ce système.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !