L’invasion des escargots géants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Géants, vraiment géants.
Géants, vraiment géants.
©Capture/ Afp Vidéo

Pouark

L’invasion des escargots géants

Les nouveaux visiteurs des Floridiens sont gros et gluants.

Quelles sympathiques petites bêtes. Des escargots géants africains ont élu domicile en Floride. Comment sont-ils arrivés d’Afrique ? Personne ne sait. Mais ils n’en sont pas à leur première invasion transatlantique, puisqu’ils squattent déjà la Martinique, la Guadeloupe, et quelques autres territoires des Caraïbes. Et sont déjà venus à Miami par le passé. Pour le plus grand dégoût des habitants.

Ils ne sont pas vraiment dangereux, mais ils sont énormes (jusqu’à 20 cm de longueur et 10 cm de diamètre), gluants, s’agglutinent par centaines dans les jardins des Floridiens, et en plus, se reproduisent à une vitesse éclair : un escargot peut en engendrer pas moins de 1200 par an. Autrement dit, quand vous en voyez un vous risquez d’en avoir quatre pour le même prix. Véridique : en 1966, un jeune garçon avait amené trois de ces escargots comme animaux de compagnie. Il s'en était finalement lassé et sa grand-mère les avait libérés dans la nature. Ils avaient donné naissance à 18 000 de leurs congénères, et une traque de neuf ans s’en était suivie. Bref, un vrai scénario de série B.

Le gastéropode est la vedette d’une religion afro-caribéenne, la santeria. Peut-être un explication. Reste que les conséquences ne sont pas drôles : dans sa bave, cet escargot peut contenir un ver qui transmet une forme non- mortelle mais très douloureuse de la méningite, causant des maux de ventres. Qui plus est il est très glouton, et pas difficile, affichant pas moins de 500 plantes à son menu, qu’il dévore sauvagement menaçant la faune et la flore floridienne. Bref, la chasse est lancée. Chaque jardin est ainsi traité avec des granulés de phosphate de fer qui coupent l'appétit des escargots qui arrêtent de s'alimenter. Et cela risque de durer. 

Lu sur Liberation

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !