Il lui vole son abonnement de bus, 35 ans plus tard, il retrouve sa victime | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Au milieu des années 70, Michael A. Goodman dépouillait Claude Soffel à New York
Au milieu des années 70, Michael A. Goodman dépouillait Claude Soffel à New York
©

Incroyable mais vrai

Il lui vole son abonnement de bus, 35 ans plus tard, il retrouve sa victime

Au milieu des années 70, Michael A. Goodman dépouillait Claude Soffel à New York. Récemment, l'agresseur a retrouvé sa victime sur Facebook totalement par hasard.

C'est une histoire totalement incroyable. Digne de ce que l'on peut voir à la télévision. Une histoire qui se déroule sur 35 ans comme le précise le site 7sur7.be. Tout commence dans les années 70 à New York. Michael A Goodman est un jeune écolier comme il y en a des dizaines de milliers dans la Grosse Pomme. Comme tout élève de son âge, il a tendance à exagérer les choses. Ainsi, à un camarade de classe, il assure faire partie d'un gang. Son ami ne le croit pas. Dès lors, pour ne pas passer pour un menteur, le jeune Michael décide de passer à l'acte devant son camarade.

Sur les marches du musée d'histoire naturelle de la ville, il agresse Claude Soffel et lui vole son abonnement de bus. Pour ce fait, il est arrêté en flagrant délit et condamné à des travaux d'intérêt général. Michael a gagné sa réputation de gros dur mais regrettera toute sa vie cette agression. Mais voilà, trente cinq ans plus tard, totalement par hasard, l'occasion lui est donnée de se racheter. En effet, comme le raconte 7sur7, Michael se balade sur Facebook. Il tombe sur un post annonçant la fermeture d'un magasin de bagels à New York. Et c'est là qu'il se rend compte que l'auteur de ce post n'est autre que Claude Soffel. Ni une, ni deux, il décide de lui écrire un message.

"Vous ne vous en souvenez peut-être pas (c'était en 76 ou 77) mais il y a longtemps, je suis monté sur les marches du musée d'Histoire naturelle, tentant de paraître comme un dur et je vous ai vu au sommet des marches. Je suis venu vers vous et vous ai agressé pour voler votre abonnement de bus", écrit Michael A. Goodman. [...] JE SUIS VRAIMENT DESOLE de vous avoir fait vivre cette merde ce jour-là. J'aurais préféré que cela n'arrive jamais, mais c'est arrivé. J'essayais d'impressionner quelqu'un qui ne voulait pas croire que je faisais partie d'un gang, c'est vraiment stupide, non ? Encore une fois, je suis sincèrement désolé d'avoir pris votre pass de bus - pardonnez-moi et merci de lire ce très long et 'étrange' message."

Claude Soffel lui répond dans la foulée : "[...] Excuses acceptées. C'est intéressant car j'ai dédié une grande partie de ma vie à aider des gens à devenir les personnes qu'elles ont toujours voulu être, et des moments comme ceux-ci continuent d'alimenter ma foi en ce combat ardu mais gratifiant [...] Mettons aujourd'hui cette histoire à sa place, derrière nous." Tout est bien qui finit bien donc.

lu sur 7sur7.be

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !