Hong-Kong : deux fœtus jumeaux découverts à l'intérieur d'un nouveau-né | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le phénomène de "foetus dans un foetus" est rarissime.
Le phénomène de "foetus dans un foetus" est rarissime.
©Reuters

rarissime

Hong-Kong : deux fœtus jumeaux découverts à l'intérieur d'un nouveau-né

Ce phénomène de "fœtus dans un fœtus" est extrêmement rare. Seuls 200 cas ont été recensés à travers le monde.

La découverte, à peine croyable, a eu lieu à Hong-Kong, en 2010. Elle vient de faire l'objet d'une publication scientifique par le Hong Kong Medical Journal. Il s'agit d'un phénomène extrêmement rare, encore inexpliqué.

En novembre 2010, une petite fille voit le jour à l'hôpital Queen Elizabeth de Hong-Kong, d'une mère originaire de Chine continentale. Le bébé pèse un peu plus de 4 kilos. Une masse de tissu suspecte avait été détectée à l'intérieur du nouveau-né, à 37 semaines de gestation. Quelle ne fut pas la stupéfaction des médecins, quand, on opérant le bébé, ils découvrent que ce qu'ils prenaient pour une tumeur, était en réalité deux fœtus jumeaux.

Selon BFMTV, l'équipe médicale a décrit "des êtres partiellement formés", "possédant chacun quatre membres, de la peau, une cage thoracique, des intestins et des tissus cérébraux primitifs. Ils étaient reliés à une masse ressemblant à un placenta par des cordons ombilicaux." Le développement des fœtus, qui s'étaient logés entre la rate et le rein de l'enfant, a été estimé à 8 ou 10 semaines de gestation.

Du jamais vu pour le chirurgien Nicolas Chao. C'est lui qui a opéré la petite fille, qui se porte bien. Il estime que ce phénomène de "fœtus à l'intérieur d'un fœtus" apparait une fois toutes les 500 000 naissances. 200 cas à peine ont été recensés à travers le monde. Selon lui, "la petite fille ne peut avoir engendré par elle-même ces fœtus jumeaux dont la fertilisation est, bien sûr, l'œuvre de ses parents".

Lu sur BFMTV.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !