Une nuit à la morgue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une nuit à la morgue
©

Claustrophobie

Une nuit à la morgue

Le prenant pour mort, la famille d'un Sud-Africain confie le corps à la morgue. Cependant, contre toutes attentes, le "mort" finit par se réveiller..

Pour le commun des mortels, l'expérience vécue par ce Sud-Africain de 50 ans, doit être particulièrement traumatisante. L'homme s'est réveillé de bon matin, dans un "tiroir" de la morgue du village de Libode.

Pris de panique en découvrant sa situation, il hurle pour qu'on le libère. Ses cris n'ont eu pour seul effet que d'entraîner une intense frayeur chez le personnel de la morgue, persuadés d'entendre des voix provenant d'outre-tombe. 

24 heures plus tôt, les proches du quinquagénaire avaient contacté les services des pompes funèbres pour qu'ils disposent de la "dépouille" qui aurait succombé aux suites d'une violente crise d'asthme. La famille avait tout tenté pour le réanimer, avant de le remettre à la morgue, qui a ensuite procédé aux vérifications d'usage.

« Quand il est arrivé, mon employé a examiné le corps, vérifié le pouls et les battements de cœur, mais il n’y avait rien » a indiqué le propriétaire de la morgue. Lorsque, contre toute attente, l'homme finit par se réveiller et s'égosille pour qu'on le libère, les responsables de l'institut s'affolent. « Je ne pouvais pas y croire ! Moi aussi j'ai eu très peur, mais je ne devais pas le montrer à mes employés ! Alors j'ai appelé la police », a admis l'un des responsables. 

En reprenant leurs esprits, les personnels de la morgue ont pris leur courage à deux mains pour libérer le pauvre homme, terrorisé et déshydraté.

Les autorités locales ont profité de cet incident invraisemblable pour souligner la nécessité d'appeler le médecin avant le croque-mort.

Lu sur Buzzraider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !