Homeland : Charlie Hebdo et l'Etat islamique au programme de la prochaine saison | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Homeland : Charlie Hebdo et l'Etat islamique au programme de la prochaine saison
©DR

Sujets brûlants

Homeland : Charlie Hebdo et l'Etat islamique au programme de la prochaine saison

Le conflit ukrainien et le lanceur d'alerte Edward Snowden seront également intégrés aux intrigues de la série américaine.

Homeland signe son grand retour le 4 octobre prochain aux Etats-Unis. Et la saison 5 risque bien de faire parler d'elle avec des thèmes particulièrement actuels. De l'attaque contre Charlie Hebdo aux terroristes de l'Etat islamique, jusqu'au rôle joué par Vladimir Poutine dans le conflit ukrainien en passant par Edward Snowden, certains sujets brûlants seront ainsi intégrés aux intrigues.

"Ce sont des histoires, des thèmes frais, qui peuvent trouver un écho chez les téléspectateurs" s'est justifié David Nevins, le président de la chaîne Showtime. "Aussi longtemps que la série est en phase avec l'actualité, elle n'est jamais la même, saison après saison, et ce genre de programmes ce sont ceux qui peuvent durer. La série a prouvé l'an dernier sa capacité à proposer une histoire originale chaque saison. Et elle le fait à nouveau cette année".

Censé se dérouler deux ans après la fin de la quatrième saison de la série, le premier épisode débutera à Berlin, où Carrie Mathison travaille désormais pour une entreprise de sécurité privée, loin de la CIA. Mais son vieux compère Saul (Mandy Patinkin) va lui rendre visite et la replonger dans les intrigues tortueuses de son ancien employeur.

A noter que la dernière saison se déroulait au Pakistan, qui avait modérément apprécié l'image que la série donnait du pays.

Lu sur Metronews.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !