Harvard : on a retrouvé un livre du 19e siècle... relié en peau de femme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Harvard : on a retrouvé un livre du 19e siècle... relié en peau de femme
©Houghton Blogs

Et bon appétit bien sûr !

Harvard : on a retrouvé un livre du 19e siècle... relié en peau de femme

La reliure du livre "Des destinées de l'âme", signé Arsène Houssaye, était au centre de nombreuses questions depuis plusieurs semaines au sein de la prestigieuse université.

La rumeur était donc vraie. Depuis plusieurs semaines, une étrange information circulait sur le prestigieux campus de Harvard, comme quoi trois livres de sa bibliothèque étaient reliés avec de la peau humaine. Deux mois après les premiers soubresauts, l'université a confirmé que l'un des trois était bien relié en peau de femme !

"Des destinées de l'âme", un livre du 19e siècle signé de l'auteur français Arsène Houssaye, est "à 99,9%" couvert de peau humaine. L'idée n'est pas de lui mais d'un ami médecin, Ludovic Bouland, qui explique ce curieux choix dans une note écrite au milieu des années 1880 : "Ce livre est relié en peau humaine parcheminée, c’est pour lui laisser tout son cachet qu’a dessein on n’y a point appliqué d’ornement. Un livre sur l’Âme humaine méritait bien qu’on lui donna un vêtement humain: aussi lui avais-je réservé depuis longtemps ce morceau de peau humaine pris sur le dos d’une femme". Les deux autres livres incriminés par la rumeur, par contre, étaient reliés avec de la peau de mouton, a expliqué l'université.

Mais cette pratique, aussi... étonnante qu'elle puisse paraître, n'est en réalité pas inédite : appelée bibliologie anthropodermique, cette technique était notamment utilisée au 19e siècle pour couvrir des livres avec la peau de criminels condamnés à mort...

Vu sur Gizmodo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !