Harcèlement sexuel : Nicolas Bedos alerte sur la "justice expéditive" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Harcèlement sexuel : Nicolas Bedos alerte sur la "justice expéditive"
©capture d'écran de The Telegraph

Sujet sensible

Harcèlement sexuel : Nicolas Bedos alerte sur la "justice expéditive"

Le comédien s'est fendu d'une longue tribune contre les "dérives liberticides que semblent autoriser les combats de société."

"L'affaire Weinstein a provoqué un élan formidable, une nécessaire prise de conscience -que seul un salaud ou un fou oserait discutailler" débute-t-il, avant de raconter les messages insistants d'une journaliste qui souhaitait lui arracher des "noms" d'hommes du show business ayant des "dérapages" à leur actif. "Chère X, à quoi jouez-vous exactement? S'agit-il pour vous d'un jeu? D'une chasse? Quel est le but? Libérer la parole des victimes d'agressions ou trafiquer du clic pour vos médias malades?" lui répond Nicolas Bedos.

"Pardonnez ma colère mais je ne supporte plus cette curée moyenâgeuse qui, sous prétexte d'un monde plus sain -plus juste, plus respectueux, plus égalitaire, bref, meilleur- nous monte les uns contre les autres et nous transforme, sinon en gibier, du moins en braconnier de son voisin" poursuit le comédien.

S'il rappelle son soutien aux femmes victimes d'agressions, il s'alarme sur cette pratique. "Un monde libre, c'est AUSSI un monde où on aurait le droit d'exprimer publiquement ses craintes quant aux dérives liberticides que semblent autoriser les combats de société. Il n'y a pas qu'un seul discours, jamais. Ceux qui le prétendent sont des tyrans" assure-t-il. "Un monde libre, c'est d'abord un monde où un adulte ne cherche pas à se taper un adolescent, certes (quel taré dirait le contraire?), mais c'est aussi un monde où on ne condamne pas les gens sans enquête, sans procès, sur des déclarations balancées par un type vingt ans plus tard sur internet."

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !