Halloween : dans les Alpes-Maritimes, la police met en garde les habitants contre les déguisements" dangereux" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Si une telle requête peut à première vue sembler risible, celle-ci n'est en fait pas complètement dénuée de sens.
Si une telle requête peut à première vue sembler risible, celle-ci n'est en fait pas complètement dénuée de sens.
©Reuters

Effrayant !

Halloween : dans les Alpes-Maritimes, la police met en garde les habitants contre les déguisements" dangereux"

Selon les explications livrées par les autorités, les déguisements incluant des armes à feu ou des armes blanches fictives peuvent être qualifiés de "dangereux".

A l'approche de la fête d'Halloween, la police des Alpes-Maritimes utilise les réseaux sociaux pour inciter les habitants à ne pas se vêtir de déguisement "dangereux". Selon les explications livrées par les autorités, les déguisements incluant des armes à feu ou des armes blanches fictives peuvent être qualifiés de "dangereux".

Un e-mail de la préfecture des Alpes-Maritimes détaille même une série de costumes à proscrire le soir d'Halloween, tels qu'un déguisement de soldat, ou encore un déguisement de gangster armé d'un faux pistolet. "Amusez-vous, soyez imaginatifs, faites peur aux gens, mais ne les terrorisez pas" écrit même la police locale dans un message relayé par le Washington Post. 

Si une telle requête peut à première vue sembler risible, celle-ci n'est en fait pas complètement dénuée de sens. En février 2015, la police niçoise s'est trouvée plusieurs fois en état d'alerte, après le signalement d'un homme armé rôdant dans un quartier résidentiel. Mais cet individu potentiellement dangereux était en fait un lycéen vêtu comme Mister T, le célèbre personnage de la série "l'Agence tous risque", diffusée dans les années 1980.

Lu sur The Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !