Grippe : et si Twitter vous permettait d'y échapper ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Les réseaux sociaux comme Twitter permettent de suivre l'évolution d'une épidémie.
Les réseaux sociaux comme Twitter permettent de suivre l'évolution d'une épidémie.
©Reuters

#épidémie

Grippe : et si Twitter vous permettait d'y échapper ?

Des chercheurs travaillent sur un algorithme capable de cartographier les épidémies de grippe en fonction des tweets des utilisateurs.

Twitter est déjà le joujou indispensable à la survie des geeks et des accros à l'actualité en continu. Il se pourrait que le site de micro-blogging séduise prochainement quantité de médecins et d’hypocondriaques. Des chercheurs de l'université Johns Hopkins à Baltimore (Etats-Unis), travaillent sur un algorithme capable de cartographier la propagation des épidémies de grippe en fonction des tweets des utilisateurs. Le système est capable de différencier les tweets d'utilisateurs déclarant être contaminés par la grippe de ceux qui disent craindre de tomber malade. L’avantage de cet outil : sa rapidité de réaction.

Ce n’est pas la première fois que la science cherche à utiliser les nouvelles technologies pour suivre la propagation de la grippe. Lancé en 2008 aux Etats-Unis, le service Google suivi de la grippe existe désormais dans une quinzaine de pays. Il permet de traquer au quotidien l’épidémie en analysant les requêtes lancées par les internautes sur le moteur de recherche.
Actuellement des applications "spécial grippe" font leur apparition aux Etats-Unis. Help I have the flupromet par exemple d'analyser les messages de votre réseau, à la recherche des mots "cough" (toux), "sneeze" (éternuement), "flu" (grippe) pour identifier la personne qui vous a refilé le virus. Germ tracker, une autre application (pour New-York, Boston, San Francisco et Rochester) promet, elle, de surveiller la progression des germes et maladies en analysant les messages des réseaux sociaux, et d'alerter l'hypocondriaque quand il traverse une zone à risques.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !